Ville de Clermont-Ferrand

"Pour la Ville de Clermont-Ferrand qui entend jouer tout son rôle dans la préservation de la biodiversité, engager un partenariat avec l'UNAF s'inscrit dans sa volonté de préserver tout ce qui concourt à qualité environnementale. En installant des ruches sur plusieurs sites et équipements publics, elle souhaite sensibiliser les Clermontois au rôle des abeilles, mais aussi évaluer l'état et l'évolution de son environnement quotidien, en associant le plus grand nombre."



Témoignage d'Odile Vignal, adjointe à l'environnement de la Ville de Clermont-Ferrand (2013)

Ruche(s) installée(s) à :

 Musée Bargouin, Parc Montjuzet, Parc du Creux de l'Enfer.

 

Le rucher en image

 

Actualités

 

La Ville de Clermont-Ferrand et l'Union Nationale de l'Apiculture Française (UNAF), sont liées, depuis 2010, par une convention prévoyant l'installation, le suivi et l'exploitation de ruchers sur les parcs et équipements publics. En s'engageant dans ce partenariat, illustré par l'opération de l'UNAF : « Abeille, sentinelle de l'environnement », la Ville désire sensibiliser les Clermontois au rôle essentiel des abeilles dans le maintien de la biodiversité et comme témoins de la qualité de notre environnement quotidien. Venant s'ajouter à celles déjà présentes au cœur du parc de Monjuzet, quatre nouvelles ruches ont été inaugurées le mardi 31 mai au parc du Creux de l'Enfer, en présence du Maire de Clermont-Ferrand et en compagnie des enfants ayant participé à leur décoration au sein de l'atelier environnement de la Maison de Quartier Fontaine du Bac.


 

Semaine du développement durable 2014 :
Semaine du développement durable 2014 par TV8_Clermont-Ferrand Résumé : Depuis plus de 20 ans, les abeilles domestiques sont en proie à une mortalité excessive. Pour tenter d'en comprendre les causes, des chercheurs du laboratoire Microorganismes : génome et environnement (LMGE) à Clermont-Ferrand étudient le rôle de la synergie entre un parasite, le nosema, et l’utilisation de certains insecticides. Pour leur recherche, ils ont installé un élevage d'abeilles au sein de l'université. Le nosema s'attaque aux intestins de l'abeille provoquant une maladie nommée la Nosémose. Ce parasite profite d'un affaiblissement de l'organisme pour se manifester. Les chercheurs du laboratoire émettent l'hypothèse de base que les abeilles deviendraient plus sensibles au parasite lorsqu'elles sont, en plus, soumises à d'autres stress extérieurs comme par exemple à des molécules chimiques contenues dans les insecticides.
La récolte du miel de Clermont par Clermont1ere

Accès sécurisé partenaire