Ville de Clermont-Ferrand

"Pour la Ville de Clermont-Ferrand qui entend jouer tout son rôle dans la préservation de la biodiversité, engager un partenariat avec l'UNAF s'inscrit dans sa volonté de préserver tout ce qui concourt à qualité environnementale. En installant des ruches sur plusieurs sites et équipements publics, elle souhaite sensibiliser les Clermontois au rôle des abeilles, mais aussi évaluer l'état et l'évolution de son environnement quotidien, en associant le plus grand nombre."
Odile Vignal, adjointe à l'environnement de la Ville de Clermont-Ferrand

Ruche(s) installée(s) à :

 sur le toit du Musée Bargouin et au Parc Montjuzet

 

Le rucher en image

 

Actualités

Printemps 2013 : La récolte du miel de printemps s'annonce très difficile en Auvergne. Trop d'eau et trop de froid auront une conséquence rapide : les abeilles sortent peu, produisent peu et pollinisent peu. Mais, si la miellée de printemps semble d'ores et déjà sacrifiée chez les 2000 membres de la coopérative des producteurs de miel d'Auvergne, le deuxième effet "printemps pourri" pourrait être encore plus désastreux.
Si les abeilles produisent peu, l'apiculteur n'est pas le seul à en souffrir. Les abeilles elles-mêmes ont plus de mal à assurer le ravitaillement et le renouvellement de leur colonie. Et là, c'est un peu la théorie des dominos. Une mauvaise production au printemps ne favorise pas une bonne reproduction des colonies à l'automne, et ce sont moins d'abeilles, donc moins de production au printemps prochain.

 

http://auvergne.france3.fr/2013/05/22/la-pluie-le-miel-et-les-abeilles-255981.html    





 

Semaine du développement durable 2014 :
Semaine du développement durable 2014 par TV8_Clermont-Ferrand Résumé : Depuis plus de 20 ans, les abeilles domestiques sont en proie à une mortalité excessive. Pour tenter d'en comprendre les causes, des chercheurs du laboratoire Microorganismes : génome et environnement (LMGE) à Clermont-Ferrand étudient le rôle de la synergie entre un parasite, le nosema, et l’utilisation de certains insecticides. Pour leur recherche, ils ont installé un élevage d'abeilles au sein de l'université. Le nosema s'attaque aux intestins de l'abeille provoquant une maladie nommée la Nosémose. Ce parasite profite d'un affaiblissement de l'organisme pour se manifester. Les chercheurs du laboratoire émettent l'hypothèse de base que les abeilles deviendraient plus sensibles au parasite lorsqu'elles sont, en plus, soumises à d'autres stress extérieurs comme par exemple à des molécules chimiques contenues dans les insecticides.
La récolte du miel de Clermont par Clermont1ere

Accès sécurisé partenaire