Ruches du monde

Depuis son apparition, il y a environ 80 millions d’années, l’abeille a gagné le monde entier et elle a su s’adapter à des écosystèmes très différents. Du grand Nord (Finlande, Norvège…) au régions désertiques d’Afrique (Soudan, Yemen...) ou aux falaises abruptes d’Asie (Inde, Népal…), les abeilles résistent à des climats extrêmes et vivent dans des environnements très variés aux quatre coins de la planète.

L’homme et l’abeille : « une lune de miel » qui date du néolithique.

L’attrait de l’homme pour le miel est extrêmement ancien. Dès le mésolithique, les gourmands endurent les piqûres pour dérober aux abeilles leur miel, comme en attestent les peintures rupestres, datées de 8 000 ans environ de la Cueva de la araña (grotte de l’araignée) à Bicorp, en Espagne.
La domestication des abeilles a probablement débuté peu après, au néolithique, quand l’homme se sédentarise et cultive la terre..

 

L’abeille antique : repérée sur des papyrus.

On trouve la représentation de pratiques apicoles sur des papyrus égyptiens datés de 2 400 ans avant J.-C. Grecs et Romains ont pratiqué l’apiculture avec vénération et le miel était considéré comme un aliment précieux, mais aussi un élément essentiel de la pharmacopée durant l’Antiquité ainsi qu’au Moyen-Age. Et le commerce de la cire était très florissant.

De la cueillette à la récolte du miel.

La domestication des abeilles a permis de passer de la cueillette à la récolte du miel. Dans le premier cas, l’homme débusque les nids sauvages et prélève les rayons en détruisant souvent la colonie. Cette pratique de cueillette a toujours lieu dans certaines régions du monde : en Afrique ou dans l’Himalaya népalais, aux dépens des colonies de l’abeille géante d’Asie (Apis dorsata).
Devenu apiculteur, l’homme propose aux abeilles de s’abriter dans un rucher, qu’il entretient et fait prospérer.

Une grande variété de modèles de ruche.

Il existe dans lemonde et dans l’histoire une grande variété demodèles de ruche. Simples troncs évidés, paniers tressés, poteries aux formes rebondies, cloches en paille… les abeilles se plaisent dans bien des logis.
Toutefois dans ces types de ruches qui présentent un certain intêret patrimonial ou scientifique, les récoltes sont peu importantes et nécessitent une technique parfaitementmaîtrisée pour ne pas mettre la colonie en danger car les rayons doivent être découpés et ne sont pas remplacés aussitôt.
 

Les avantages des ruches à cadres mobiles.

Dans beaucoup de pays, les ruches sont désormais équipées de cadres mobiles ; un système commode qui permet de visiter facilement les colonies et surtout de récolter le miel sans léser l’essaim.
La mise au point de ces ruches a débuté à la fin du XVIIIe siècle Le principe est de créer des espaces étagés, facilement accessibles pour l’apiculteur, dans lesquels on range des cadres mobiles aisés à ôter pour observer les abeilles. C’est le système utilisé dans la plupart de nos ruchers d’Europe.
Il existe plusieurs types de ruches à cadres : la ruche Daddant ou la Warré sont deux des plus connues.


Crédits photos © Gilles Ratia